L’année 2019 est marquée par des très gros soucis avec l’Agence du DPC  (ANDPC) qui risquent de mettre en péril la poursuite de notre engagement dans la défense des programmes DPC que le CEFA  vous propose depuis 2014.

  1. Tout d’abord il a été publié en début d’année un « avis » du comité d’éthique de l’ANDPC interdisant une session de formation « fléchée DPC » au sein des congrès  sous prétexte que la qualité pédagogique était moins bonne …. sauf à interdire l’accès de la salle aux non inscrits à un programme DPC. Nous ne pouvons donc plus actuellement vous proposer un programme intégré avec une session de formation au sein de nos congrès ou lors des Formations Médicales labellisées comme Aquitaine Gastro ou le CREGG. Avec le soutien de nos sociétés savantes, de notre CNP HGE et celui de nombreuses autres spécialités, la SNFGE, le CEFA HGE et la FMC HGE sont en train d’essayer de faire modifier cet « avis » ….
  2. Notre CNP HGE a par ailleurs demandé au président du Haut Conseil du DPC la possibilité de revenir pour l’EPP aux « cas cliniques complexes à tiroir » à la place des TCS (test de concordance de script) qui ont demandé énormément de travail aux experts et ne vous ont pas convenu en 2019.
  3.  Le dernier rebondissement récent a été que l’ANDPC refuse les RMM réalisées au sein de vos établissements comme méthodes HAS de gestion des risques sous prétexte qu’elles ne sont pas réalisées par le CEFA, alors même que le programme gestion des risques est porté par notre organisme. J’ai donc informé la HAS au plus haut niveau de cette décision administrative et j’attends le retour… Ce qui est encore plus choquant c’est que les 2 programmes « gestion des risques 2019» des JFHOD et des Universités de Limoges ont été acceptés avec les RMM d’établissement…

Dr Béatrice Dupin, Présidente du CEFA HGE